· 

Détox-digitale

Et comment se débrancher pour mieux se reconnecter à l’essentiel.

Avec tous ces appareils connectés qui nous entourent, nous avons passé un cap. Ce cap est celui des bénéfices vis-à-vis du prix à payer. Ce prix est la déconnexion de la réalité et de notre vraie nature, quel paradoxe ! En nous déconnectant finalement les uns des autres et en nous déconnectant de la nature et de notre véritable nature.  

Nous sommes devenus les esclaves de la technologie qui était censée nous libérer. Si nous continuons ainsi, nous n’aurons bientôt plus d’existence mis à part dans le numérique. Certains transhumanistes imaginent même de transférer toutes leurs connaissances dans un ordinateur pour atteindre l’immortalité. Mais à mon humble avis, nous avons besoin de la mort pour être réellement vivants.

 

Effrayant ? Hélas c’est devenu une réalité pour de plus en plus de gens. Et nous en souffrons souvent plus que ce que l’on pense de notre hyper-connectivité électronique. Des exemples ? J’en ai plein ma mémoire vive…

  • Maux de dos et mauvaise posture sont souvent liés à la posture assise devant l’ordinateur. Bien-sûr, pas besoin d’être derrière un ordinateur pour profiter des méfaits de la posture assise, mais l’usage de l’ordinateur va encore aggraver cela.
  • Des tensions dans la nuque, une vision dégradée (souvent de la myopie) sont dues à un usage immodéré du smartphone. De plus la perte de repères dans la réalité augmente les risques d’accidents divers (par exemple le piéton traversant la route le nez collé à son smartphone).
  • Exposition immodérée à diverses fréquences et ondes, menant de plus en plus de gens à l’électro-sensibilité (électro-smog).
  • Déconnexion de notre tribu (enfants, famille, amis…). Il est plus facile de prendre du temps sur son téléphone que de donner de sa présence et de sa patience à ceux que l’on aime.

 

Il y a une dynamique d’addiction dans l’usage des appareils électroniques. Il est prouvé que leur usage va favoriser une sécrétion de dopamine, comme les achats compulsifs ou certaines drogues. Or c’est humain de négliger les conséquences à moyen et long terme et à amplifier le plaisir à court terme que nous donne l’activité en question. Sinon il serait facile de ne pas manger de sucrerie ou d’arrêter de fumer.

Et comment se débrancher pour mieux se reconnecter à l’essentiel.

  • Délimitez des zones et des moments sans écrans, pas d’exceptions. Idéalement, éteignez vos appareils durant ces moments précieux. Faites jouez le jeu à vos enfants, ils se feront un plaisir à vous épinglez ! « papa, tu n’as pas le droit de regarder ton téléphone, on est à table… » Mais c’est bien mieux si vous montrez l’exemple.
  • Éliminez la télé, votre santé et votre moral vous en diront que merci.
  • Fixez un jour par semaine sans écran. Rien pendant 24h. Difficile ? C’est que vous êtes vraiment accro. Alors commencez par une demi-journée et augmentez progressivement. N’allumez même pas votre téléphone, et recommencez à VIVRE.
  • Reconnectez-vous à la nature, sortez dehors pour marcher, bouger, si possible pieds-nus (earthing). Bien sûr sans téléphone ou appareil. Simple non?
  • Utilisez l’application Forest pour ne pas pouvoir utiliser votre téléphone durant une période pré-définie. Je l’utilise régulièrement.
  • Remplacez les réseaux sociaux par le QiGong ou la méditation, vous serez bien mieux connectés à vous même.
  • Vous pouvez également faire un jeûne intermittent de téléphone, en l’éteignant par exemple de 21h à 12h, vous permettant ainsi de ne pas commencer ni terminer votre journée sur votre téléphone.

Merci de m’avoir lu jusqu’ici, si cet article vous a donné envie de communiquer, merci de me laisser un petit commentaire ci-dessous, et si il vous à plu, merci de le partager via pigeon voyageur, télégramme ou bouche à oreille (ou via les réseaux sociaux en dehors de votre détoxication au digital…

Écrire commentaire

Commentaires: 0